Le Poulailler

rénovation & ajout

quartier Montcalm, haute-ville de Québec, QC

conception-construction: 2015-2017

eba_poulailler_00.jpg

LE CONTEXTE :

Le projet le Poulailler demande l’ajout d’un étage sur un duplex de brique du début du XXème siècle situé dans le quartier Montcalm sur le boulevard René-Lévesque Ouest. Deux jeunes familles (deux frères, leurs conjointes et enfants) ont acheté le bâtiment et désirent s'y installer. Contrairement à plusieurs jeunes couples avec enfants qui s’installent en banlieue, ils désirent habiter et vivre au centre-ville, tout près des commerces (rue Cartier), des parcs (Plaines d’Abraham) et des lieux culturels (Musées et théâtres). Ils désirent participer à la vie urbaine, mais aussi profiter d'espaces de vie calmes et agréables.

LE PROJET :

L’ajout d’un troisième étage permettra aux propriétaires d’avoir suffisamment d’espace pour élever leurs enfants. Le nouvel étage aura la même superficie que les étages inférieurs. L'unité du rez-de-chaussée, quant à elle, ne demande pas de travaux.

La nouvelle construction ne doit pas compromettre la charpente existante. Nous avons choisis un revêtement léger, contrairement à la maçonnerie, mais durable et sans entretien: un parement métallique noble, le zinc. Le revêtement de briques présent sur les murs existants sera conservé sur la pleine hauteur.

La conception architecturale propose une nouvelle volumétrie simple, uniforme et minimaliste permettant ainsi une lecture claire de l’addition, par soucis d’authenticité. Sur la façade principale, seules les nouvelles fenêtres en losanges et organisées en constellation contrastent avec le rythme régulier des ouvertures existantes. Ces nouvelles percées sont des éléments visuels modestes, mais originaux.

L’ajout, de nature contemporaine, se distingue de la rigidité du bâtiment actuel. Il y a donc une mise en valeur de la construction en briques par la conservation et le respect des éléments architecturaux existants. Le nouveau revêtement de carreaux de zinc positionnés à 45 degrés est une référence directe à la tôle à la canadienne présente dans le quartier, donc une réinterprétation actuelle d’un matériau traditionnel.

Ces panneaux de zinc situés à plus de 10 mètres au-dessus du niveau de la rue donneront un effet vaporeux à l’étage ajouté qui, par la lumière ambiante, s’efface dans les couleurs du ciel au gré des conditions. L’intervention s’en trouve allégée et le bâtiment préserve la richesse de ses proportions. La légèreté et l'élévation, le mirage et le firmament décrivent bien l'inspiration sous-tendant la conception architecturale du projet.

eba_poulailler_20.jpg

     

     

eba_poulailler_03b.jpg

     

     

     

     

Reste seule croyable la grotte du logis, encore pour un temps poreuse à des légendes, encore trouée d’ombre. À part cela, …, il n’y a que ‘’ des lieux ou on ne peut plus croire à rien’’

 De Certeau, Michel. L'Invention du quotidien, (2 vol.), Paris, Gallimard, 1980. P.160.