rosar.jpg
GA_02r.jpg

Testament pictural de Jean-Paul Riopelle, L’Hommage à Rosa Luxemburg est certainement l’œuvre la plus connue du peintre, et par la même occasion, du Musée National des Beaux-Arts du Québec. Composée en triptyque, chaque partie représente un moment important ou une phase de la vie. L’œuvre est codée, cryptée à même son titre par la référence à Rosa Luxemburg.

Pour le présent projet, le code a été dépouillé, abstrait en quatre grands mouvements : les zones de tonalité, la vibration noire, les cercles colorés et les oiseaux blancs. Ces mouvements forment la chaussée par une mosaïque de pavés et par l’insertion d’oiseaux de béton blanc.  Sur les places, la vibration noire s’épanche dans le pavé uni et les oiseaux de béton blanc se soulèvent pour former bancs et scènes temporaires. Les trois parties orientent les passants vers trois lieux du quartier, mais le code reste ouvert aux interprétations multiples. Le contenu du musée bascule vers l’extérieur et devient ainsi la ville elle-même.

Transfert de contenu, mais aussi transfert de contenant. Le nouveau pavillon du musée prête ses formes et ses proportions au nouveau mobilier urbain. Les volumes orthogonaux, incandescents et flottants ponctuent désormais le quartier sous la forme de bancs et de réverbères. Tout comme sur l’architecture du musée, la nature s’approprie les équipements nouveaux par l’intégration ingénieuse d’une jardinière à même le réverbère et l’aménagement d’un toit vert sur la station-service recyclée en bâtiment publique.

En termes d’organisation urbaine, la proposition requalifie trois types de lieux : la place publique, la rue et la ruelle. Bien que bordé d’un des plus prestigieux parcs urbains au monde, le quartier Montcalm  n’offrent à ses résidents ni square, ni place publique. Ainsi, le projet propose un parcours ponctué de quatre places ou placettes, de l’entrée du nouveau pavillon jusqu’au boulevard René-Lévesque. La rue regagne aussi du prestige par la présence de la mosaïque de pavés, les trottoirs au même niveau que la rue et le jeu de symétrie-asymétrie des arbres sur rue. À une échelle plus intime, la ruelle est réinventée en passage ombragé offrant un potentiel social ou commercial pour les restaurants avoisinants.

Ces interventions ont un but unique; offrir aux résidents et visiteurs un sentiment d’appartenance et d’exclusivité envers le quartier, mais aussi envers les institutions artistiques qu’il accueille. La mosaïque de pavés, les oiseaux de bétons blancs et le mobilier urbain deviendront les symboles discourus d’un quartier tout à la fois vibrant et intime.

 

PLAN.jpg
01r.jpg
EBA_01r.jpg
EBA_02r.jpg

Extrait du communiqué officiel: 

Québec, 13 juin 2013 – La Ville de Québec et le ministère de la Culture et des Communications sont heureux d’annoncer les lauréats du concours d’idées en design urbain pour le pôle muséal du quartier Montcalm. Ce concours est né dans la foulée du projet d’agrandissement du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) afin de doter le quartier Montcalm d’une signature identitaire en lien avec les arts.

Le jury

Le jury, sous la présidence de M. Michel Lemieux, artiste multidisciplinaire de la firme Lemieux Pilon 4 d art, était composé des personnes suivantes :

·  Mme Sonia Gagné, architecte de la firme Provencher Roy et associés architectes, Québec

·  M. Daniel Gélinas, directeur général du Festival d’été de Québec, Québec

·  Mme Solène Le Hin, coordonnatrice et gestionnaire de projets artistiques, Nantes

·  M. Michel Morelli, designer industriel, président et fondateur de Morelli design inc., Montréal

·  Mme Sylvie Perrault, architecte et fondatrice de Atelier Urban Face inc., Montréal

·  Mme Odile Roy, directrice de la Division design, architecture et patrimoine du Service de l’aménagement du territoire à la Ville de Québec, Québec

·  Mme Lise Santerre, consultante en matière de politique scientifique, recherche et innovation et présidente du Conseil de quartier Montcalm, Québec

·  M. Peter Soland, architecte du paysage, Québec

Sur les 22 propositions reçues, le jury a analysé 18 propositions parmi lesquels il a déterminé 11 finalistes. De ces 11 finalistes, trois lauréats ont été retenus. Une mention a également été attribuée à un projet particulièrement méritoire.

Les lauréats

Le premier prix est attribué à Eric Boucher et Élisabeth Bouchard de la firme d’architectes BouchardBoucher.  Coup de cœur du jury, ce projet a été retenu pour l’intervention sensible, originale, simple et qui sort des sentiers battus. En hommage à Riopelle, le projet reprend des éléments du tableau Hommage à Rosa Luxembourg, marque identitaire du MNBAQ.

Le jury a remis le deuxième prix à l’Atelier Christian Thiffault. Le projet proposé laisse place à l’imagination et innove en reliant les attraits du quartier par un fil conducteur. Il propose un réaménagement des espaces publics de la rue Cartier. La couleur rouge est proposée. 

Le troisième prix est alloué à Jean Brochu, architecte de la firme Delort et Brochu, architectes. L’utilisation du bois comme matériau dominant a retenu l’attention du jury pour son rappel historique et parce qu’il constitue l’élément liant du projet. L’approche métaphorique, l’idée d’homogénéité et la continuité dans la thématique a su plaire aux membres du jury qui y voient comme une continuité avec la promenade Samuel-De Champlain, de la promenade des Gouverneurs et de la terrasse Dufferin. 

Le jury a également choisi d’attribuer une mention d’honneur à la firme Groupe A / Annexe U pour son approche artistique, son audace et son caractère novateur.

Exposition des projets

Le public pourra prendre connaissance des projets lauréats, de la mention et des finalistes en visitant l’exposition à l’auditorium du MNBAQ du 14 au 16 juin aux heures d’ouverture du Musée. L’exposition se poursuivra ensuite à l’atrium de l’édifice La Fabrique, 295, boulevard Charest Est, aux heures d’ouverture des bureaux, de 8 h 30 à 18 h.

SL_02r.jpg
Mobilier_01rg.jpg